Retour aux actualités

Initiez-vous à l’Histoire de l’Art ! ????

Le rendez-vous hebdomadaire de Thomas, professeur à l’atelier d’arts plastiques et conférencier.

Après les paradoxes quantiques de Magritte, aujourd’hui un magicien subtil de l’art moderne, Paul Klee !

???? Paul Klee (1879-1940) (prononcer clé) est né dans une famille de musiciens près de Berne, en Suisse. Il pratique le violon dès l’âge de 7 ans, et  jeune homme  se passionne pour la poésie, l’art, la philosophie, les sciences…. Il choisi de devenir peintre et embarque avec enthousiasme dans le train de la modernité. En ce début de siècle, un avenir artistique nouveau semble en vue. Les avant-gardes doivent provoquer une mutation spirituelle.
Pédagogue, théoricien, il a tenté toute sa vie de construire une synthèse entre les arts… une unité en accord avec la beauté de l’univers.

???? Le poisson d’or, (1925)

Petit poisson d’or en eaux profondes…Paul Klee ne croit pas dans la différence entre l’art reconnu, l’art des fous, celui des enfants…Il est un des pères de l’art brut. L’art est pour lui invention libre, l’expression de l’inconscient, de l’intuition naturelle.
L’artiste explore et mélange toutes les techniques, il invente sans cesse. Il mélange l’huile et l’aquarelle, le pastel, la cire…le collage, le grattage d’encre et de goudron….le bois, le verre, la toile, le papier, le plâtre… La surface picturale est vivante. La forme est signe, le signe écriture…L’art est, comme il l’écrit, une histoire naturelle infinie…

???? Château et soleil, (1928)

Admirez comme le cubisme de Klee est sensuel, tactile…Rien à voir avec le style cérébral et froid de Braque/Picasso. Ici, chaque élément a sa pleine qualité, sa tonalité. Les lignes droites et brisées, les triangles, les rectangle et les carrés, structurent la surface. Les couleurs s’additionnent. C’est un tapis magique très subtil  ou chaque élément forme un ensemble harmonique. C’est l’harmonie du cosmos et le regard est invité à y découvrir son propre chemin.

???? Ad Parnassum, (1932)

Le dessin et la couleur sont ici bien séparés. Le dessin est un hiéroglyphe simple et très beau : l’angle d’une pyramide et en bas une porte, avec un trait oblique comme une rampe. La surface est couverte de minuscules tirets qui forment une mosaïque pointilliste.
Klee explique à ses élèves de l’école du Bauhaus que les qualités s’additionnent : le clair est léger, l’obscur profond et lourd, les couleurs sont chaudes, froides, sucrées, poivrées, elles ont une odeur..
L’espace pictural est traversé de rythmes, il est vivant, il est lié au temps.
Le titre de cette peinture est symbolique : Le Parnasse est la montagne sacrée (qui a donné Montparnasse), sommet d’un monde nouveau où l’avant garde rejoint le passé de la pyramide antique. Et dont la porte nous est ouverte, peut-être….

???? Paul Klee travaillait le plus souvent sur table, en petits formats, « peindre avec un tout petit orchestre » disait-il. Il faisait jusqu’à trois œuvres par jour, dessin, huile, aquarelle, collage divers. Sa production pour la seule année 1939 était de 1200 œuvres !

Il les emballait soigneusement et les rangeait dans une grande armoire, comme un artisan orfèvre. Il aimait également créer des marionnettes, des jouets ou un théâtre miniature pour ses enfants.En 1937, les nazis ouvrent l’exposition d‘Art Dégénéré. Les plus grands artistes modernes sont accrochés de travers entre des slogans injurieux. Cette « contre-exposition » de propagande est censé démontrer la  décadence de l’art judéo-bolchévique. Les écoles et les ouvriers la visitent…Et le poisson d’or de Klee est en bonne place !

Paul Klee est mort de sclérodermie, une maladie rare dont il a souffert durant cinq ans. Il avait conquis une gloire internationale. Il écrit dans son journal : Je suis insaisissable dans l’immanence. Car je réside aussi bien chez les morts que chez les êtres qui ne sont pas encore nés. Un peu plus près du cœur de la création qu’il n’est habituel.
Mots étonnants…digne d’un chamane.